Histoire sex doll

L'histoire de la Sex Doll -

L'incroyable histoire de la Sex Doll

de lecture - mots

1) Les 1ères apparitions de Poupées Sexuelles dans l'Histoire.

- La Mini Sex Doll de Descartes

Un an avant sa mort, le philosophe français René Descartes a été invité par la reine Christina de Suède à être son précepteur privé. En 1649, il embarque sur un navire à destination de Stockholm en compagnie d'une jeune femme qu'il présente comme sa fille, Francine. Personne ne la revit après le début du voyage, et les soupçons des marins, grossiers et superstitieux, s'élevèrent à un tel point qu'ils pénétrèrent dans la cabine de Descartes pour la voir de leurs propres yeux. Ils y trouvèrent une poupée féminine grandeur nature en cuir et en métal, dont la ressemblance avec une vraie fille était si parfaite qu'ils furent terrifiés et la jetèrent par-dessus bord.

Descartes poupée sexuelle

Anthony Ferguson, qui raconte cette histoire singulière dans son livre " The Sex Doll : A History " en 2010, admet qu'elle est peut-être apocryphe (et aussi effrayante). Pourtant, Descartes est connu pour avoir expérimenté la création de divers automates, et aussi pour avoir eu une fille, bien qu'il n'ait jamais été marié. Le nom de sa fille était en effet Francine, mais elle est morte neuf ans avant le voyage en Suède, à l'âge de 5 ans.

- Marins et Poupées Sexuelles

On ne sait pas exactement ce que le maître de la logique avait l'intention de faire avec sa poupée, mais les marins qui l'ont jetée à la mer connaissaient au moins une possibilité : Au 17ème siècle, la grande époque de l'exploration, quand les navires commençaient à entreprendre de longues traversées hasardeuses des océans, les marins ont commencé à emporter avec eux un prototype de la poupée gonflable. Appelées " dames de voyage " en France, il s'agissait en effet d'appareils qui ressemblaient à une femme humaine, faits de tissu attaché à des perches de bambou, portant une robe et mis à la disposition de ceux qui cherchaient à se défouler.

Love doll

Dames de voyage

Les marins des Pays-Bas fabriquaient ces poupées à partir de cuir tendu sur du rotin et, au cours de leurs échanges avec l'empire japonais au XVIIIe siècle, ils en laissèrent quelques-unes derrière eux. Elles sont devenue connues en japonais sous le nom de " femmes hollandaises ", une épithète qui s’appliquait  aux poupées de qualité inférieure.

- Pygmalion et sa "statue d'amour"

Mais ces partenaires artificielles ont des origines poétiques et mythiques bien plus anciennes. Selon les " Métamorphoses " d'Ovide, la relation du sculpteur chypriote Pygmalion avec Galatée, la statue féminine parfaite qu'il avait sculptée, n'était certainement pas platonique. Désespéré de ses relations insatisfaisantes avec les femmes de chair et de sang, il entreprit de faire d'elle son assistante. "Il bougeait souvent ses mains pour la tester et la toucher, / Serait-ce de la chair, ou seulement de l'ivoire ?... Il l'embrasse, / Il l'aime, elle revient / Tous ses ornements deviennent elle, mais elle semble / Encore plus belle nue, et il étend / Une couverture cramoisie pour qu'elle s'allonge, / L'emmène au lit, met un oreiller doux sous / Sa tête, comme si elle le sentait, l'appelle Darling, / Mon amour chéri ! Et quand Vénus répond à ses prières et donne vie à la sculpture, " Pygmalion est venu / De retour là où la jeune fille était couchée, et s'est couché à côté d'elle, / Et l'a embrassée, et elle a semblé briller, et il l'a embrassée, / Et a caressé sa poitrine " (traduction de Rolfe Humphries, 1955).

mythe sex doll

Pygmalion avec Galatée

- Nathaniel et Olympia, l'amour d'une Poupée.

Mais tout le monde ne peut pas compter sur l'assistance divine, et en son absence, la technologie intervient. Le protagoniste du conte d'Hoffmann "Le marchand de sable" est Nathaniel, un jeune étudiant artiste enclin à la mélancolie. Il a une fiancée, Clara, qui n'est pas particulièrement sympathique et male assortie. Nathaniel est hanté par le souvenir de la mort violente de son père aux mains d'un associé, qu'il croit être " le marchand de sable " - une figure mythique qui jette du sable dans les yeux des enfants et qui les arrache ensuite.

poupée érotique marchand de sable

Nathaniel rencontre Olympia, la fille de son professeur, qui est "grande, très mince, parfaitement proportionnée et magnifiquement habillée", bien que "je pourrais presque dire qu'elle était aveugle, comme si elle dormait les yeux ouverts". Nathaniel en est fou. "Il n'avait jamais eu auparavant un auditeur aussi merveilleux [Pendant des heures], elle est restée assise immobile, le regard fixé sur les yeux de son bien-aimé avec un regard de plus en plus animé et passionné. Ce n'est que lorsque Nathaniel se leva enfin et lui baisa la main - et sans doute aussi la bouche - qu'elle dit : " Ah, ah !

Son ami Siegmund essaie de comprendre son attirance pour la femme muette, "dont chaque mouvement semble contrôlé par une horloge, la désagréable régularité sans âme d'une machine". Olympia effraie les autres amis de Siegmund et Nathaniel : "Nous aimerions ne rien avoir à faire avec elle", dit-il à Nathaniel. Et en effet, alors que Nathaniel regarde le " père " d'Olympia, le professeur Spalanzani, se disputer à son sujet avec Coppelius - un marchand que Nathaniel identifie comme le marchand de sable de son enfance - il assiste à la chute d'Olympia entre leurs mains, qui s'avère être une " poupée sans vie " (traduction de R.J. Hollingdale, 1982).

poupée d'amour

Illustration de l'acte d'Olympia d'après la première de 1881

Hoffmann, l'une des figures de proue du mouvement romantique allemand, a publié " Le marchand de sable " en 1816. En 1881, Jacques Offenbach a transformé cette histoire, ainsi que deux autres œuvres d'Hoffmann, en un opéra. En 1891, Tchaïkovski a écrit la musique d'un ballet basé sur une autre histoire d'Hoffmann, " Casse-Noisette et le Roi des souris ". Mais Hoffmann lui-même n'a pas vécu pour voir ces succès transmédiatiques ; il est mort en 1822, à l'âge de 46 ans, de la syphilis qu’il avait contractée dans sa jeunesse.

- Relations entre Hommes et Poupées de sexe.

En 1906, le psychiatre allemand Ernest Jentsch a mentionné "Le marchand de sable" dans un court article qu'il a écrit, "Sur la psychologie de l'étrange". Il étudie le sentiment menaçant qui surgit lorsque quelque chose de familier et de bien connu devient étranger, différent, faux. C'est l'angoisse qui est suscitée en nous par, par exemple, " le doute quant à savoir si un être apparemment vivant est vraiment animé et, inversement, le doute quant à savoir si un objet sans vie n'est pas en fait animé ", a écrit Jentsch.

Dans le sillage de Jentsch, Sigmund Freud a décidé d'étudier ce phénomène et son lien avec l'histoire d'Hoffmann. Il l'a analysé en profondeur dans son célèbre article de 1919 " L'étrange ", où il affirme que ce n'est pas la poupée Olympia qui suscite l'anxiété chez Nathaniel, mais plutôt que les yeux arrachés dont le marchand de sable a envie et qui sont décrits dans le récit comme prenant différentes formes, incarnent, pour le protagoniste, le complexe œdipien et la peur de la castration qui l'accompagne. C'est ce qui compromet la perspective de Nathaniel de nouer une relation pleine et saine avec une femme en chair et en os telle que Clara, suggère Freud, et l'envoie dans les bras de l'Olympe mécanique - un objet de désir parfait, une tabula rasa sur laquelle il peut projeter ses désirs sans crainte de rejet, de refus ou de castration. "L'attention absolue de la poupée lui laisse toute la scène. Il peuple son vide d'imaginaires et de sentiments qui lui sont propres", observe l'écrivain Marit Ben Israel dans son blog en hébreu.

freud 

 

2) Premiers Achats / Ventes de Poupées Sexuelles

- Des Sex Dolls très réalistes.

Deux ans avant que Jentsch ne publie son article, des entrepreneurs industrieux avaient déjà trouvé un moyen plus direct que la psychanalyse pour faire face à la peur de la castration. Un catalogue français de 1904 présente des poupées pour lesquelles "il n'y a pas de crainte de chantage, de jalousie, de dispute ou de maladie". Elles sont toujours disponibles, toujours obéissantes." Le sexologue Iwan Bloch parle de ces "poupées fornicatrices" en "caoutchouc et autres matières plastiques" avec "des organes génitaux représentés de manière fidèle à la nature". Ainsi, " même la sécrétion des glandes de Bartholin est imitée, au moyen d'un 'tube pneumatique' rempli d'huile ", écrivait-il en 1909 dans son livre " La vie sexuelle de notre temps dans ses rapports avec la civilisation moderne ".

dame de voyage

On ne sait pas si la poupée commandée par le peintre et écrivain austro-tchèque Oskar Kokoschka en 1915 était dotée de caractéristiques sophistiquées comme celles-ci, mais contrairement à ses relations avec sa véritable et frustrante bien-aimée, Alma Mahler, veuve de l'éminent compositeur, il n'a pas connu de scènes d'envie ou de querelles avec la poupée. A sa demande, elle fut modelée à l'image même d'Alma - Kokoschka commanda même ses vêtements, tant les sous-vêtements que les autres vêtements - à la propre couturière de Mahler. Il emmena la poupée avec lui à l'opéra (ont-ils regardé "Les Contes d'Hoffmann" ensemble ?) et pour des promenades en calèche.

sex doll kokoschka

La poupée de Kokoschka

Mais son destin ressemblait à celui d'Olympia : Elle fut décapitée et détruite dans une crise d'ivresse. Freud était peut-être au courant du scandale, ce qui a peut-être influencé son article - après tout, il avait traité Gustav Mahler, qui essayait de faire face à l'adultère de sa femme. Mais une personne qui était certainement familière avec la poupée de Kokoschka et qui s'en est inspirée était l'artiste surréaliste allemand Hans Bellmer. Comme Kokoschka, Bellmer a cherché à s'opposer à la vague montante du nazisme dans sa vie et son travail : Les poupées dérangeantes, érotiques, démontées et remontées qu'il commença à créer en 1933 furent influencées par son opposition au fascisme et son approche de l'être humain individuel, ainsi que par son attirance puissante, bien qu'apparemment non consommée, pour une cousine de 15 ans.

3) Apparition de la Poupée Gonflable

-Les Nazis à l'origine de la poupée érotique ??

Selon Anthony Ferguson, Bellmer fut le créateur de la poupée sexuelle moderne. "Les modèles érotiques et étranges créés par Bellmer dans les années 1930 ne différaient de la poupée sexuelle fonctionnelle que par le fait qu'ils ne disposaient pas des orifices nécessaires à la pénétration ", note-t-il. Ces orifices sont apparus à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec l'invention de la poupée sexuelle gonflable. Il y a eu des rumeurs selon lesquelles ces poupées ont d'abord été fabriquées sur les instructions d'Hitler, afin que les soldats aryens puissent atteindre la satisfaction sexuelle sans contaminer leur pureté par le contact avec des races inférieures. Cependant, il n'y a pas de sources fiables pour l'authentifier. Ces créations gonflables n'étaient pas fiables, puisqu'elles étaient faites de vinyle de mauvaise qualité qui, souvent, se déchire ou éclate aux coutures lorsqu'elles sont soumises à un usage intensif. Ce n'est qu'avec le développement du latex, du silicone et de matériaux similaires qu'il est devenu possible pour la première fois de créer un mannequin durable à des fins de satisfaction sexuelle.

poupée gonflable

4) Des Love Dolls dans les bordels.

Un effort continu permet de créer des poupées sexuelles qui sont des simulacres de fantasmes masculins impliquant la " disponibilité " féminine, " l'obéissance ", de gros seins, une peau lisse, la jeunesse et l'immortalité. Contrairement à " l'utilisation " des femmes en chair et en os, dans certains bordels, un prix supérieur est exigé de ceux qui utilisent les poupées. Elles sont coûteuses et nécessitent une maintenance et un entretien, a déclaré à la BBC le propriétaire d'une de ces " maisons de poupées ", qui permet l'utilisation occasionnelle de mannequins sexuels.

5) Les Androïdes sexuels débarquent.

Mais tout cela pourrait bientôt changer. La pornographie, comme à son habitude, s'empare de toutes les avancées technologiques qui peuvent être détournées pour répondre à ses propres besoins. Les fabricants de " vraies " poupées, comme on appelle ces mannequins sexuels de pointe visent à créer une poupée sexuelle qui non seulement se déplacera de façon autonome, mais qui sentira le mouvement, y répondra et utilisera sa bouche à des fins verbales également - c'est-à-dire pour faire un spectacle convaincant de la vie et même du désir.

- Les Real Dolls

Certaines personnes passent déjà leur existence sexuelle et émotionnelle en compagnie de telles poupées, les traitant non seulement comme des objets sexuels mais aussi comme des objets d'amour et de relations. En 2014, David Levy, expert en intelligence artificielle et auteur du livre " Love and Sex with Robots ", a déclaré à Newsweek : " Je crois que le fait d'aimer les robots sexuels sera une grande bénédiction pour la société. Il y a des millions de personnes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas établir de bonnes relations." Un de ces millions est l'auteur David Mills, l'heureux propriétaire d'une RealDoll, que Vanity Fair - à qui Mills s'est adressé en 2015 - a appelé "la Rolls-Royce des poupées sexuelles".

real sex doll

Mills l'a dit au magazine : "Mon conflit de personnalité fondamental est que j'aime beaucoup les femmes mais que je n'aime pas être entouré de gens." Il a également décrit sa première rencontre traumatisante avec sa poupée, comment il a déchiré le plastique, s'est réjoui - et a ensuite crié d'horreur car la poupée, d'un aspect humain épouvantable, le regardait d'un air glacé et mort.

- Matt McMullen, le père du "Robot Sex Doll"

La RealDoll est le produit de l'imagination fiévreuse de Matt McMullen, un artiste et entrepreneur qui a fondé une entreprise appelée Abyss Creations.

sexe robot 

6) Sex Doll, le coté étrange et bizarre.

Un abîme n'est cependant pas ce que McMullen et ses concurrents doivent traverser pour créer le sexbot parfait. Leur obstacle est une vallée, plus précisément "l'étrange vallée". À un moment donné dans les années 1970, alors que la technologie pornographique était encore axée sur le domaine du cinéma, un roboticien japonais du nom de Masahiro Mori travaillait sur une hypothèse dans le domaine de l'informatique. Le professeur affirmait que lorsque nous entrons en contact avec un humanoïde presque parfait, nous sommes saisis par le genre de sentiment cauchemardesque qui a fait hurler Mills lorsqu'il a été exposé pour la première fois aux yeux fixes de "sa" poupée - et la façon dont Siegmund, l'ami de Nathaniel, a réagi en présence d'Olympia.

Lorsqu'un robot est complètement différent d'une personne, il n'y a aucun problème pour communiquer avec lui, a soutenu Mori, et alternativement, si l'imitation est parfaite, le sentiment de malaise disparaîtra, mais tout ce qui se trouve entre les deux génère l'anxiété que Jentsch a décrite dans son article et qu'Hoffmann a dépeinte dans " Le marchand de sable " - la peur de quelque chose qui n'est ni vivant ni mort. C'est ce phénomène d'étrangeté menaçante, d'étrangeté déformée, que les experts en robotique, en animation informatisée et en intelligence artificielle tentent de surmonter sur le chemin du Saint Graal dans ce domaine, que l'informaticien Alan Turing a décrit en 1950 comme un être artificiel qui pourra nous faire croire qu'il est réel.

De nos jours, en revanche, une série de réponses imprimées [comme le propose Turing dans son test éponyme destiné à démontrer l'efficacité de l'IA] ne suffit pas à nous persuader de l'"humanité" d'un ordinateur. Il doit également être présenté dans un corps tout aussi persuasif. En même temps, il est possible qu'il y ait une façon plus facile pour un robot sexuel féminin de passer le test de Turing : Elle peut simplement ouvrir ses jambes.

sexbot

Les poupées sexuelles seront-elles le pont vers le côté le plus éloigné de la "vallée étrange" de Mori ? Ou sont-elles l'incarnation même de l'abîme ? Est-il plus facile d'ignorer la peur que leur nature quasi-humaine suscite parce qu'elles remplissent une fonction sexuelle ? La réponse, du moins du point de vue de la moitié de la population humaine du monde, pourrait bien être positive. La raison pour laquelle presque toutes les poupées sexuelles sont fabriquées avec un look féminin hypersexuel, sont destinées aux hommes, annoncées pour les hommes et achetées par les hommes, se trouve non seulement dans la biologie et dans la psychologie sexuelle différente des femmes et dans la manière dont elles atteignent l'excitation et la satisfaction - mais aussi dans l'attitude des femmes face à l'étrange.

- Les femmes plus sensibles à l'étrange

Des études comme celle menée à l'Université du Montana et décrite dans un article intitulé " Familiar and Strange " : Gender, Sex and Love in the Uncanny Valley " (publié en 2017 dans la revue Multimodal Technologies and Interaction), examinent les préjugés sexistes liés à l'intégration des androïdes dans le domaine humain. Les résultats ont montré que les femmes sont plus sensibles aux phénomènes étranges, répondent négativement et sont plus promptes à identifier les images d'une humanité " artificielle ".

robot sexuel

La raison de cette disparité n'a pas encore été pleinement étudiée et expliquée. Comme le concept de " vallée étrange " lui-même, il peut avoir des origines biologiques anciennes. Selon Claude Draude, responsable des études de genre à l'Université de Kassel en Allemagne, la raison pourrait résider dans les caractéristiques de l'étrange elle-même. Dans son article d'investigation " Intermediaries - Reflections on Virtual Humans, Gender, and the Uncanny Valley ", publié en 2011 dans la revue AI & Society, elle émet l'hypothèse que le foyer est perçu comme un territoire sociologico-métaphorique féminin et que, par conséquent, " l'étrange " - ce qui n'est pas le foyer, qui annule et menace le foyer - est aussi " l'in-féminin ".

Les différences entre les sexes se reflètent également dans les modes par lesquels la culture populaire représente les relations intimes avec les poupées sexuelles ou les robots. Qu'il s'agisse de drames ou de comédies romantiques comme " Lars and the Real Girl " ou " Her ", du porno japonais bizarre de " Doll Inflatable ", du film noir de " Blade Runner ", du genre occidental de " Westworld " ou de la parodie de " Austin Powers ","la poupée robot jouira toujours de traits féminins saillants, de seins pointus et d'une voix veloutée, ou représentera un rôle " féminin " stylisé traditionnel comme celui de la ménagère modèle, de l'infirmière dévouée, de la bonne française ou de la demoiselle en détresse. Il y a des exceptions, bien sûr, comme le robot qui a des rapports sexuels avec son propriétaire pour ne pas lui faire de mal, ce qui violerait l'une des trois lois de la robotique de l'écrivain de science-fiction Isaac Asimov dans "Le soleil nu", ou le commandant de robot Data dans "Star Trek : The Next Generation". Mais la plupart de ces relations imaginées se déroulent entre des hommes - aimant, désirant, exploitant ou subjuguant - et des images de féminité artificielle.

real sex doll

Ryan Gosling dans une scène de "Lars and the Real Girl."

Vers 2050, David Levy prédit dans son livre "Love and Sex with Robots", que les robots "auront la capacité de tomber amoureux des humains". Mais jusqu'à ce que, et si, cela se produit, les " vraies poupées " soulèvent des dilemmes moraux et éthiques, mais recueillent aussi un soutien enthousiaste. Leurs défenseurs - psychologues, fabricants et utilisateurs - les considèrent comme un remède aux maux sexuels et émotionnels, et une solution, comme le prétend un de leurs fabricants, pour les hommes des maisons de retraite, les handicapés et autres. Une armée de femmes robots sensuelles et évoluées, disent leurs fans, fera disparaître la prostitution, le trafic d'êtres humains, le viol et même la pédophilie.

Mais les opposants soutiennent que l'existence généralisée de ces robots intensifiera la sinistre objectivation des femmes, encouragera l'aliénation entre les sexes et facilitera une dangereuse évasion. Ils considèrent que les partisans de ces machines sexuelles encouragent toute une série de paraphilies bizarres, de la nécrophilie et de la somnophilie (être excité sexuellement par une personne inconsciente) à l'algamatophilie (l'attraction sexuelle pour les statues). Ces points de vue sont contrés par les robosexuels, qui affirment que ces créations ne font de mal à personne, homme ou femme, quelles que soient leurs préférences. Au contraire : Les gens peuvent trouver une libération pour leurs pulsions dans le domaine de cette technologie "chaude".

L'avertissement inhérent au "marchand de sable" de Hoffman est plus pertinent que jamais. Même s'il semble au départ que Nathaniel se remette de la perte d'Olympia et de la découverte de sa véritable essence, et qu'il réussisse à retrouver Clara et son ancienne vie - le traumatisme le pousse finalement à franchir le seuil de la folie jusqu'à sa mort. Tomber amoureux de l'étrange, de ce qui n'est ni vivant ni mort, sera toujours stérile, unilatéral et incomplet. Et lorsque l'objet du désir est révélé dans la plénitude de son artificialité, la solitude devient plus amère et horrible que jamais. Le prix à payer pour céder à l'anxiété - de la castration, de l'intimité, d'un lien, du regard ou de l'aveuglement de l'autre - et tourner le dos à ce qui est humain, trop humain, est la perte du moi.

sex doll gros seins


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.